Cours de Qi Gong pour séniors animé par Anne-France Bienassis

Espace Naella

100 rue Bobillot

75013 Paris.

Métro Place d’Italie / RER Cité Universitaire.

Bus 67, 21, 62 et Traverse de Bièvre.

Le Mardi : 10h45-11h45.

 

Tarifs

Cotisation annuelle à l’association Achillea : 20€.

Forfait trimestriel : 14€ / cours.

Forfait mensuel : 16€ / cours.  

 

 

Le Qi Gong.

 

Corps, Energie, Esprit

Le Qi Gong, gymnastique ancestrale chinoise, entretient la santé en régulant la circulation de l’énergie dans le corps : il lève les obstacles qui l’entravent, renforce l’énergie vitale, alimente les grands centres d’énergie, favorise l’élimination des énergies dites « perverses », selon les lois de la médecine traditionnelle chinoise. Ce travail (Gong) de l’Energie (Qi) passe par la construction du corps, que l’on délie, tonifie, ancre, équilibre, en harmonie avec la respiration ; et il implique que l’Esprit habite le geste : l’intention, l’imagination, la mémoire, la conscience se mettent en mouvement en même temps que le corps.

 

Terre, Homme, Ciel

Les philosophies traditionnelles chinoises s’interrogent sur les forces qui entrent en jeu dans l’univers, sur les Souffles qui opèrent en toute chose, sur les élans vitaux qui animent l’être humain. Les concepts de Yin/Yang et des 5 mouvements (Bois, Feu, Métal, Eau, Terre) envisagent la nature dans ses rythmes et ses dynamiques, appréhendent les relations entre les phénomènes, et révèlent les mécanismes de transformation qui régissent la vie.

Le Qi Gong incarne cette pensée et ouvre ainsi une voie d’épanouissement spirituel : par le truchement du corps, sans passer par une réflexion intellectuelle, il permet à l’individu de prendre conscience des lois en action autour et à l’intérieur de lui, de les assumer et de les cultiver pour trouver une harmonie tant physique que psychique, et pour qu’advienne en lui une alchimie lui permettant d’accomplir ce pour quoi il est fait.

 

La pratique

L’expression « Qi Gong » est un terme générique utilisé depuis les années 50 en Chine pour désigner un ensemble hétéroclite d’exercices énergétiques : il regroupe aussi bien des méthodes qui remontent à la nuit des temps que des méthodes contemporaines ; pratiqué debout ou assis, il englobe des postures statiques, des enchaînements de mouvements dynamiques, des exercices respiratoires, des techniques de méditation, des auto-massages. Certaines méthodes sont liées aux saisons et aux organes qui leur sont associés, d’autres favorisent la stabilité des émotions, d’autres encore insistent sur le travail musculaire et articulaire etc… Le travail statique renforce l’énergie vitale en ouvrant la conscience et en affinant la perception de l’énergie et de la relation entre corps et esprit ; le travail dynamique, grâce à des « chorégraphies » tout en lenteur, active le métabolisme et la circulation de l’énergie en mobilisant le corps dans sa globalité, en douceur, mais avec exigence et minutie.

 

Les origines

On s’accorde généralement à dire que le Qi Gong remonte au moins à 2500 ans. Au fil des siècles, les exercices ont évolué selon les maîtres, selon les régions, selon la progression des connaissances dans le domaine énergétique, selon les courants philosophiques et politiques en vigueur. Différentes influences ont eu un impact sur le Qi Gong et se sont exprimées à travers lui : le chamanisme, le taoïsme, le confucianisme, le bouddhisme, la médecine traditionnelle, et les arts martiaux.

 

 

La bannière de Mawang Dui (2ème siècle avant JC)

La bannière de Mawang Dui (2ème siècle avant JC)