« L’homme asymétrique ; gauchers et droitiers face à face » de Guy Azémar (CNRS Editions).

“… Dès la préhistoire, puis dans toutes les cultures, le taux des gauchers a avoisiné les 10 %. Environnés de droitiers, ils ont toujours été considérés comme des individus singuliers, marqués, selon les époques et les lieux, d’un potentiel plus ou moins funeste ou génial. Il restait à s’interroger sur la singularité du statut des droitiers eux-mêmes, dont le comportement est plus étroitement stéréotypé et asymétrique que celui des gauchers. Quels sont les avantages d’une telle asymétrie fonctionnelle constituée par l’homme, au cours de son évolution, dans un corps a priori symétrique ?… Qu’est-ce qui distingue un droitier d’un gaucher ? Comment devient-on droitier ou gaucher ? Quelle est la part de l’inné et de l’acquis ? L’usage de la main dans l’écriture est-il un critère fiable ?… les spécificités sportives de l’asymétrie…”

Texte intégral en libre accès sur le site books.openedition.com : cliquez ici.

 

L'homme asymétrique